Jean Pierre Pichard, un ami nous a quittés

C’est avec une grande tristesse que le Festival Interceltique de Lorient (FIL), bénévoles et salariés, a appris le décès de Jean-Pierre Pichard, son tout premier directeur.

Personnage charismatique, visionnaire et inventif, il a façonné le Festival pendant quelque 35 ans. C’est sous sa direction que le Festival des Cornemuses, déplacé de Brest en 1971, est devenu le Festival Interceltique de Lorient avec l’idée géniale de mettre à l’honneur un pays celte tous les ans. Le Festival tel qu’on le connaît aujourd’hui a vu le jour sous sa direction avec : des concours (de solistes, de harpistes, de pipe bands), des expositions, des spectacles dans un grand pavillon comme à l’Espace Marine, une scène de moindre taille (aujourd’hui la scène Bretagne et auparavant le Pub et le Cabaret), des concerts à l’Église Saint-Louis et au palais des Congrès, des défilés (la Grande Parade, le Triomphe des sonneurs, des défilés journaliers), la cotriade du Port de Pêche et, bien sûr, les incontournables Nuits Interceltiques.

Ces dernières, d’abord appelées les Nuits Magiques, ont servi de modèles pour les spectacles que Jean-Pierre Pichard a organisés au Stade de France dès 2002. Et en 2007, il est le metteur en scène de la Breizh Parade sur les champs Élysées qui a rassemblé 2400 musiciens et 600 danseurs.

Avec lui, le Festival Interceltique s’est ouvert sur le reste de l’hexagone et aussi sur le monde. Infatigable voyageur, il repoussera les frontières de l’interceltisme aux quatre coins du monde. Et en 2004, ce sera l’année de l’Acadie suivie en 2006 de l’année de l’Australie.

Les grands noms de la scène bretonne et celtique se seront produits sous sa direction : Alan Stivell, Brenda Wootton et Dan Ar Braz bien sûr et aussi Carlos Núñez, The Chieftains, Sinéad O’Connor ou encore Dominique Dupuis.

Érudit et fin connaisseur de whisky, Jean-Pierre Pichard a formé de nombreux cadres du FIL. Il leur a enseigné l’inventivité, la persévérance et l’ouverture, beaucoup venant régulièrement chercher conseil auprès de lui alors qu’il n’était plus directeur du festival. Il avait su constituer un cercle d’amis et de fidèles qui, aujourd’hui, se reconnaissent dans la voie qu’il a tracée.

Le Festival Interceltique de Lorient doit énormément à Jean-Pierre Pichard, directeur, créateur, metteur en scène, ambassadeur, ami. Il le remercie de lui avoir montré la voie et de lui avoir permis de poursuivre l’œuvre interceltique avec d’autres directeurs et d’autres acteurs jusqu’à aujourd’hui et pendant de nombreuses années encore. Car, oui, Jean-Pierre Pichard a posé les fondamentaux du grand festival qu’est devenu le FIL.

À l’issue d’un demi-siècle d’existence et à l’aube d’un nouvel avenir, la meilleure façon pour le FIL de rendre hommage à Jean-Pierre Pichard est de continuer sur la voie de l’ambition, de l’inventivité et de l’ouverture. Pour Lorient, pour la Bretagne, pour la culture bretonne et pour toutes les cultures celtiques.

Pin It on Pinterest

Share This