Exposition « Deux à deux » à la Galerie La Rotonde

Galerie la Rotonde, Lanester

« Deux à deux » de Jean Philippe Lemée, (partenariat le FRAC). Du 1er juillet au 21 août

Le Fonds Régional d’Art Contemporain Bretagne une institution phare de l’Ouest français créée par l’État et le Conseil régional de Bretagne en 1981, et installé, depuis 2012, dans un bâtiment conçu par l’architecte française Odile Decq au cœur du parc de Beauregard à Rennes.
Le FRAC a pour mission de constituer des collections publiques d’art contemporain, de les diffuser auprès de tous les publics et d’inventer des formes de sensibilisation à la création actuelle.
Chaque année, un tiers des œuvres des FRAC est présenté au public, ce qui fait des FRAC les collections publiques les plus diffusées de France.
Le FRAC, disposant de nombreuses œuvres de Jean-Philippe Lemée, a accédé gratuitement à la demande de prêts d’œuvres de la direction culture.

 

Un artiste : Jean Philippe Lemée

 Né en 1957, Jean Philippe Lemée, vit et travaille à Rennes. Peintre de la subtilité, son œuvre réconcilie conceptuel et humour.
L’artiste ponctue ses œuvres de nombreuses références à l’histoire de l’art (Lichtenstein, Courbet..), mais aussi à la culture courante, à des jeux de société…
L’artiste interroge le rôle de l’artiste en mettant à mal sa propre figure my(s)tifiée. Lemée déroge à la règle, il la détourne, la dépasse vers un réel impact auprès du spectateur.
Artiste très original, Jean-Philippe Lemée n’hésite pas à confier les croquis préparatoires et, parfois, une bonne part de ses œuvres à des amateurs anonymes. Les toiles achevées se déclinent en séries modulables, interchangeables. Qu’on ne s’y méprenne cependant pas, Jean-Philippe Lemée reste toujours le maître d’œuvre.
Ce qui lui plaît, c’est de voir se bâtir une œuvre, quelque part toujours en mouvement. Il aime jouer avec les formes en les menant de l’abstrait à la figuration ou vice versa, en modifiant à tout moment leur «forme».

  Une exposition : « Deux par deux»

La plupart des toiles très colorées de Jean-Philippe Lemée, fonctionnent en séries.
Aux tons bleus, succède une série mentionnant des peintres, qui quelque part, l’influencent: Picasso, bien sûr, que l’on repère au premier coup d’oeil et Roy Lichtenstein, artiste majeur de la scène pop américaine dans les années 80.
De même, les portraits de Marilyn deviennent « Nos Marilyns », celles, infinies de nos capacités à imiter ou à fantasmer, emblématiques de l’art reproductible popularisé par Andy Warhol. Egalement exposés, « Le Mont Saint-Michel appartient à tout le monde » est un écho au travail des moines copistes de l’abbaye. Ses différentes interprétations n’enlèvent rien à l’élévation spirituelle qu’il représente depuis des siècles, ni à sa position immuable dans la baie.
Jean-Marc Huitorel, critique d’art, voit dans la démarche de l’artiste « des procédés frôlant la parodie d’Andy Warhol, tandis que sa philosophie esthétique se rapproche de Robert Filliou ».
La direction culture a choisi de disposer en face à face les œuvres d’une même série. De l’abstrait au figuratif, de la Baie du Mont aux Marines de Lorrain, ça va tourner dans la Rotonde!

Pin It on Pinterest

Share This