5-14 août 2016

Une exposition qui a du souffle

La famille de la cornemuse est particulièrement répandue, dans l’espace comme dans le temps. Dans la mémoire collective, l’instrument est très lié aux mondes celtes, cependant on le trouve aussi sur le pourtour de la méditerranée (Italie, Espagne, Afrique du Nord), au Portugal, en Europe centrale ou encore en Asie. En ces différents coins du globe, des instruments similaires ont spontanément pris forme, à des époques où les réseaux de communication, et donc de diffusion des connaissances et des pratiques, étaient pourtant fort peu répandus.

Alain Le Buhé, sonneur traditionnel, a souhaité transmettre l’histoire de ces instruments populaires (auxquels s’ajoutent les hautbois), en imaginant un contexte qui soit plus vivant, mobile et interactif qu’un musée classique. Il a donc fait le choix d’une exposition itinérante qui se déplace à la demande, au statut associatif, rassemblant des sonneurs, luthiers, ethnomusicologues et autres passionnés, depuis maintenant 7 ans.

Espace d’enseignement mais aussi de pratique, l’exposition s’est étoffée au fil des années, jusqu’à devenir aujourd’hui une base-ressource qui retrace de manière pratiquement exhaustive, l’histoire de cet instrument universel. Enrichi par des dons ou des prêts à long terme et par des acquisitions, ce patrimoine instrumental comprend aujourd’hui 120 pièces.

L’Association Binvioù Kozh (Études et recherches sur les instruments traditionnels bretons) vient de transférer la gestion de son propre fonds à Dasson An Awel, également soutenue par Sonerion (l’assemblée des sonneurs) et Dastum (centre de collectage du patrimoine oral et musical breton).

Tous les jours, de 10h à 19h - Palais des Congrès – Accès libre